Le Conseil Citoyen d’Allonnes et les jeunes

Depuis janvier 2016, Semer accompagne les Conseiller.e.s Citoyen.ne.s de la ville d’Allonnes en Sarthe sur la question « Aller vers les 18-35 ans ». Constitué principalement de personnes de plus de 50 ans, le Conseil Citoyen s’organise en thématiques issues des préoccupations et des envies de ses membres, désigné.e.s par tirage au sort. En effet, cette instance est née en 2015 de la Politique de la Ville visant à plus de participation des habitant.e.s sur les questions de leur territoire et de la décision publique.

Déconstruire nos représentations

Du fait de ses réflexions sur les conditions de participation citoyenne, Semer propose des ateliers de déconstruction des représentations intergénérationnelles où les Conseilller.e.s Citoyen.ne.s peuvent exprimer leurs craintes et leurs expériences, mais aussi se rendre compte de la diversité des jeunesses représentées sous l’encart « 18-35 ans ».

Ainsi, ils.elles prennent conscience de points communs entre leur générations et les jeunes générations, qu’ils.elles n’avaient pas envisagés avant le temps de réflexion :

  • On peut les retrouver dans les mêmes lieux : dans les magasins, devant la télé, dans les activités sportives et culturelles, dans les lieux de culte, dans les lieux publics pour boire un verre (même si ce ne sont pas toujours les mêmes lieux ni les mêmes boissons).
  • Chacun.e possède du savoir, veut apprendre à échanger, mais chacun.e le fait à sa façon.

Nous avons conclu cette phase sur le constat que c’est en général les préjugés que nous avons qui nous empêche d’aller les un.e.s vers les autres parce que l’on a déjà fait son avis sur la personne, qu’on n’a pas besoin de la rencontrer pour savoir comment elle est : « De toute façon, les jeunes, ils.elles sont tou.te.s comme ça ».

 

stop-aux-cliches

source: http://stopauxcliches.strikingly.com/

10 clichés que les jeunes ne veulent plus entendre-
Campagne de sensibilisation « Stop aux clichés sur les jeunes »

1. Tous les jeunes passent leur vie sur des écrans

2. Les jeunes ont un problème avec l’autorité, ils.elles ne respectent rien

3. Les jeunes sont individualistes, ils.elles ne pensent qu’à eux.elles-mêmes

4. Les jeunes sont inconscients et inconséquents, ils.elles prennent des risques et plus, ils.elles n’en assument pas les conséquences

5. Pour les jeunes, faire la fête signifie picoler le plus possible et le plus vite possible

6. Les jeunes sont des feignant.e.s, ils.elles préfèrent l’argent facile du deal plutôt que les contraintes du travail

7. Les jeunes n’aiment pas le travail, ils.elles préfèrent rester à la charge de leurs parents et regarder la télé

8. Les jeunes ont un problème d’engagement, ils.elles changent d’avis, et d’ami.e.s comme de chemise

9. Les jeunes font n’importe quoi en politique, ils.elles votent massivement FN

10. Les jeunes veulent tou.te.s devenir des stars de télé-réalité ou faire le buzz sur YouTube

Ne pas se limiter aux clichés dont sont victimes les jeunes. « Nous sommes un collectif d’association de jeunes donc nous travaillons sur les clichés qui nous concernent, mais nous sommes souvent interpellés sur le public senior, lui aussi victime de bien des clichés. Origine sociale et géographique, genre, religion… Le combat est un peu sans fin ! » conclue Simon Berger.

Ils.elles ont pu en outre expérimenter des situations dans lesquelles ils.elles étaient amené.e.s à rencontrer des jeunes qui leur apparaissaient de prime abord « plus difficiles », c’est-à-dire dont l’expérience personnelle et/ou la réputation médiatique freinait leur envie de faire-ensemble. Grâce à la méthode du théâtre-forum, nous avons pu dégager des pistes d’actions concrètes mais surtout, faire ressentir ce qu’il y avait derrière les masques derrière lesquels ces jeunes se cachaient. L’empathie a ainsi pu prendre le pas sur les préjugés et déclencher une nouvelle dynamique.

Où sont les jeunes ? L’expérience de la carte sensible

Reprenant le titre « Aller vers », nous avons ensuite passer du temps à identifier où sont les jeunes sur le territoire allonnais, afin que les Conseiller.e.s Citoyen.ne.s puissent aller à leur rencontre – première étape du faire-ensemble visé. Nous avons ainsi cartographié le territoire, de façon sensible.

 

Carte sensible conseil citoyen Allonnes

NB : Une carte sensible est une carte qui ne cherche pas à respecter la géographie, mais à montrer la vision du monde des personnes qui la réalise. Les cartes sensibles ne reprennent donc pas les codes classiques de la cartographie, elles sont avant tout subjectives, avec parfois une dimension artistique.

 

Ces cartes sont un bon support pour discuter et échanger autour de nos différentes visions de la ville.

Nous avons complété cette visualisation par une analyse de différentes expériences réalisées en intergénérationnel avec des jeunes. Nous avons au préalable glané des témoignages dans nos réseaux-ressources que sont :

Les textes ont été l’occasion d’échanger sur le « comment ? », chacun.e faisant le lien entre les témoignages lus et les expériences menées et/ou facilement reproductible sur leur territoire. Grâce au « comment ? », nous nous sommes donc attachés à identifier les conditions qui rendent ces expériences possibles et constructives pour l’ensemble des participant.e.s.

Mise en pratique sur le terrain

Afin de réinvestir l’ensemble des contenus des ateliers et des prises de consciences vécues, nous avons proposé une journée complète de mise en pratique sur le terrain. La journée a débuté par des jeux de rôles permettant de définir simplement ce qu’est un Conseil Citoyen et quelles sont les missions de ses membres. Par exemple, il a été relevé que le fait de parler d’ « instance de la démocratie participative » ne favorisait pas la compréhension par les Citoyen.ne.s allonnais. Il a donc été décidé de parler de « groupe de citoyen.ne.s bénévoles ».

Dans un second temps, nous avons aidé à la formulation de questions à poser aux jeunes sur l’espace public, mais aussi à des structures travaillant avec les jeunes. Nous avons à ce titre rencontré la Mission Locale d’Allonnes et l’association La Sauvegarde.

La Mission locale est un service public à destination des jeunes de 16 à 25 ans sorti.e.s du système scolaire. Elle accompagne les jeunes pour répondre à leurs besoins d’emploi et de formation, mais aussi de logement, de santé, de mobilité, de sport, d’alimentation…

La Sauvegarde est une association d’éducateur.rice.s de rue qui travaille en Mayenne et en Sarthe. L’association ne travaille pas pour une institution (justice, police, aide sociale à l’enfance) mais sur un territoire. Elle s’adresse aux enfants et aux jeunes de 8 à 21 ans, mais les éducateur.rice.s travaillent surtout avec les 12-21 ans, et leurs parents. Les problématiques sont très diverses : scolarité, emploi, stage, questions administratives, oreille attentive en cas de « coup de mou »…

Nous reverrons la commission « Aller vers les 18-35 ans » en 2017 pour poursuivre cette dynamique de rencontre des acteur.rice.s du territoire.